De l’IT au métier, l’intérêt des rapports BI dans la supervision du SI

Catégories : Non classé

Le data-driven c’est bien, le data-driven basé sur des informations claires c’est mieux. Dédiés aux décisionnaires de l’IT, les rapports BI de la Solution MIP facilitent les échanges entre la strate opérationnelle et la strate stratégique. Outil d’intelligence métier, il présente visuellement les métriques de supervision issues de différentes sources pour piloter sereinement les actions liées au Système d’Information. 

Découvrez le module BI report de la solution en 4 points clés grâce aux propos récupérés de Luc Dallemane, Expert Data Analytics chez Maltem Insight Performance. 

Les rapports BI dans la supervision SILE BI Reporting, en clair :

Dans l’environnement IT en particulier, les reportings se succèdent et se ressemblent. Les données sont trop souvent techniques, ce qui amène une difficulté de langage et de compréhension entre les opérationnels et les décideurs. Cependant, un format particulier dans la Solution MIP rapproche les discours : les rapports BI. Le BI Report fournit une vision claire du service. Il prend la forme d’un document partagé tous les mois et met en avant les points forts et points faibles se dégageant des analyses effectuées. 

Directement accessible en ligne, ce dashboard se veut graphique, afin de pouvoir en tirer une interprétation utile et immédiate. En explorant les données visuellement avec des représentations intuitives, le suivi des indicateurs clés est instantané. 

Il se destine principalement aux niveaux décisionnaires et stratégiques, plus rarement aux opérationnels qui gardent le besoin d’accéder à des métriques poussées. 

Que contient le rapport BI ?

Par défaut, le reporting adopte une vision globale sur les outils IT. Mais il est indispensable de le personnaliser selon les besoins de ses lecteurs. Ainsi via la solution MIP, il centralise les données, analyse la performance des applications, des réseaux mesurés et apporte ainsi des informations nouvelles et conceptualisées. 

Quelques exemples de métriques suivies : 

  • Calcul du SLA (Service Level Agreement) 
  • Taux de saturation d’un site 
  • Taux de saturation d’un serveur 
  • Croisement de données d’une application avec une autre pour mieux cerner ses performances 

Quel plus-value pour le lecteur ?

Via son BI report, le client peut ainsi challenger ses fournisseurs et obtenir les performances prévues au contrat. Chaque mesure de performance est source d’optimisation chez le client, sur ses outils internes, et donc sur sa business value. 

Avec ce module, il est possible d’agréger les données, de personnaliser la mise en page et de partager des résultats fiables aux équipes concernées. L’intérêt est donc de comprendre et d’agir en fonction des données issues de l’outil de supervision, pour prendre les meilleures décisions d’ajustement. 

 

Exemple concret de reporting BI : mesurer la performance de Teams 

En créant un reporting basé sur les informations fournies par la plateforme, mais aussi par l’ensemble des tiers (via API par exemple), on peut surveiller la qualité des appels. 

Il sera possible de déterminer quels réseaux rencontrent le plus de difficulté (Wifi, 3G, 4G), si une provenance d’appel en particulier ne parvient pas à établir de contact, ou encore si les performances sont stables sur plusieurs mois.