Analyse de la performance applicative dans l’industrie

Blog

Analyse de la performance applicative dans l’industrie

Catégories : APM, Cloud, News

Pourquoi la mesure de la performance applicative est-elle nécessaire mais pas suffisante ? Parce que si la mesure informe, elle ne permet ni d’interpréter ni d’anticiper. Or, le but d’un système d’information est, in fine, de favoriser le développement en prenant les bonnes décisions au bon moment.

Imaginez vos camions qui restent bloqués au garage parce que leur départ n’est pas validé. Imaginez votre chaîne de boutiques dont les centaines de points de vente perdent chacun 10 sec par encaissement. Imaginez que vos collaborateurs australiens peinent à recevoir les données nécessaires à l’avancée de la production parce que votre infrastructure applicative (ERP, CRM, etc.) est basée en Europe. Les entreprises dépendent d’applications dites critiques (cruciales). La baisse de performance ou l’indisponibilité les place en situation de vulnérabilité.

Exemples d’analyse de la performance applicative

Commençons par un exemple simple lié à l’industrie du luxe. La performance d’un site e-commerce comme d’une boutique physique exigent le bon fonctionnement de nombreuses applications : de la gestion du chiffre d’affaires en boutiques au back office qui gère l’approvisionnement des matières premières en passant par le système monétique. Imaginons qu’à la suite d’une bonne campagne de communication, vos boutiques vivent un pic d’activité. La plateforme monétique peut s’en trouver surchargée. Un bon système d’information permet de factualiser le défaut du réseau et de justifier les investissements nécessaires.

Prenons maintenant l’exemple d’un site e-commerce. Si le consommateur mature se trouve dans l’impossibilité d’activer le règlement de son panier, sa confiance s’en trouvera entachée (ainsi que sa patience) et il ira acheter son produit ailleurs. Ici, l’analyse de la performance applicative permet de comprendre une baisse momentanée du chiffre d’affaires. Le consommateur n’a tout simplement pas pu payer !

L’analyse de la performance applicative donne confiance et clairvoyance : identification nette des points de faiblesse, pôles d’investissement utiles.

Poursuivons avec l’industrie de l’énergie. La pluralité des sites à l’international implique un grand volume des données à traiter et de nombreuses fluctuations liées au réseau, beaucoup d’échanges matériels et immatériels donc un nombre infini d’opérations liées au Système d’Information. Comment s’assurer que tout fonctionne bien à l’échelle mondiale quand il existe des réseaux de qualité radicalement différente selon les zones géographiques ?

Prenons une multinationale ayant, par exemple, un site en Tanzanie, un à Johannesburg et un à New York. Comment évaluer la performance applicative ?

Il est important de coupler deux types de mesure :

– une mesure du délai réseau (chronométrage de l’acheminement d’un paquet de données vers un data center en millisecondes),

– une mesure applicative (exécution d’un script applicatif, ce qui permet d’évaluer le ressenti utilisateur).

En premier lieu, on teste la performance réseau (en millisecondes). Ensuite, on affine l’analyse en mesurant les applicatifs métiers (en secondes ou en minutes) sur des sites emblématiques, à l’aide de boîtiers test qui jouent des scénarios utilisateur. Certes, la mise en place de ces robots peut représenter un coût, mais c’est précisément ici que l’analyse de la performance applicative joue pleinement son rôle. Un moindre coût pour un maximum de résultats. Pour être plus précis, comment évaluer l’expérience utilisateur sur 3 sites avec 2 robots ?

Analyse de la performance applicative : un art de la déduction

 

1. On choisit deux sites emblématiques : Johannesburg et New York.

2. On mesure la qualité réseau : 200 millisecondes à Johannesburg, 50 millisecondes à New York.

3. On exécute le script métier : 2mn à Johannesburg, 1mn à New York.

4. En Tanzanie, on mesure seulement la qualité du réseau : 180 millisecondes (souvenez-vous qu’il est de 200 millisecondes à Johannesburg !)

5. On peut donc en déduire qu’en Tanzanie, le collaborateur exécute le scénario applicatif en (environ) 2 minutes.

S’appuyer sur une base applicative performante, c’est garantir les chances de succès à long terme (meilleur chiffre d’affaires, meilleur système d’information entre filiales). Investir dans une bonne analyse de la performance applicative c’est se doter d’un outil d’aide à la décision donc de développement. C’est toute la valeur ajoutée du service managé proposé par Maltem Insight Performance.